Petits crimes conjugaux chez les Ferry

Une amie me disait encore hier « Quand on dit qu’ici tout est à faire. Ça veut dire d’une part qu’ici, il n’y pas grand chose et d’autre part que si quelque chose te manque : tu dois le faire toi-même »

Or, je vous l’avais déjà écrit sur ma « page » : « une des rares choses qui me manque ici, c’est le théâtre… »
Et bien depuis hier je peux vous annoncer que Sophie et moi allons monter « Petits Crimes Conjugaux » d’Eric Emmanuel Schmitt.

Eric-Emmanuel Schmitt

Pour ceux qui ne connaissent pas la pièce, un résumé :
« Suite à un accident, un homme a perdu la mémoire. Il tente avec l’aide de sa femme de savoir qui il est. »
Donc deux personnages. Un salon comme décor. Une pièce en un acte d’environs 1 heure 20.

Pourquoi cette pièce ? Déjà en raison du nombre de personnages : 2
On peut difficilement faire moins (le one-man-show ne me tente pas). Sous la question du nombre de personnage sourd celle de la motivation. J’ai trop vu mon ami et Maître Christophe batailler avec presque tous les membres de sa troupe pour être tenté moi-même par une telle expérience.
Ainsi donc ma résolution était prise depuis fort longtemps : avant de chercher une pièce, il me fallait trouver des comédiens motivés. J’en parlais de droite, de gauche, cherchais à sonder les motivations, les disponibilités de ceux qui se disaient intéressés. Finalement j’ai cru trouvé quelqu’un, mais après des débuts prometteurs, il semble que sa motivation soit retombée. C’est alors que Sophie s’est proposée. J’acceptais avec joie voyant dans ce projet une occasion de nous rapprocher encore davantage.
Ayant deux acteurs. Il me fallait trouver une pièce pour deux personnages. « Petits crimes conjugaux » s’imposa presque d’elle même. C’est très bien écrit. C’est intelligent. C’est amusant, c’est poignant, ça nous questionne, bref en un mot : c’est très bon. La didascalie est abondante, permettant une facile ébauche de la mise en scène. Le décor est assez simple à réaliser. Nous avons l’âge des rôles.

Petits crimes conjugaux fut crée en 2003 avec Charlotte Rampling et Bernard Giraudeau.

Donc, le casting réalisé, la pièce trouvée, il ne me restait plus qu’à … demander la permission à E.E. Schmitt de monter sa pièce. Beaucoup m’ont dit que c’était une démarche superflue, qu’aucun théâtre amateur ne s’en acquitte, et que de toute façon au Cambodge, personne ne viendrait me chercher des poux sur la tête.
C’est vrai ! Mais tous ces gens oublient un détail essentiel : le respect que j’ai pour cet auteur.
Je l’ai donc contacté par l’intermédiaire de son agent. Et après l’envoie de quelques courriels il a accepté ! Je peux donc monter cette pièce en toute transparence, la tête haute.

Quelle est ma démarche ? Quels sont mes objectifs ?

Ils consistent principalement en deux points :
1- Se faire plaisir
2- Donner deux représentations à Siem Reap, dont les bénéfices iront à une association caritative. (je pense à PSE, mais rien n’est encore défini)

Donc maintenant Yapuka :
– Trouver une salle
– Apprendre le texte
– Répéter- répéter- répéter et encore répéter…
– Créer la mise en scène
– Créer le décor
– Rassembler les accessoires
– Répéter- répéter- répéter et encore répéter…
– Trouver un éclairagiste
– Régler les lumières
– Trouver un maquilleur
– Répéter- répéter- répéter et…
– Faire de la pub

– Et jouer !

J’enfile donc ma casquette de régisseur et me mets au boulot.

Je suis super content !
Merci M. Schmitt !
Et pour vos textes, et pour votre gentillesse qui alimente encore un peu plus le respect que j’ai pour vous.
Raf

Posté le 29 août 2011 par dans Cambodge, Les Mercis !

6 réponses to “Petits crimes conjugaux chez les Ferry”

  1. muriel jactard :

    29 août 2011 at 11:33

    Bravo pour la démarche et bon courage pour la mise en place.

  2. labourel robert :

    29 août 2011 at 19:46

    j’ai vu la pièce, c’est super. Courage, y a pu ka, facile. Je viendrai la voir. On sera au moins un spectateur.

  3. olivier :

    29 août 2011 at 19:53

    bravo super je suis certain que vous allez vous en tirer comme des chefs. Aprés les yapuka il faut maintenant régler les yfoktu…Ou plutôt yfokvous.

    Courage à vous. Bisous

  4. descamps :

    30 août 2011 at 7:16

    Adapter Schmitt en khmer …ça va être du boulot ! :-)
    Je trouve par ailleurs qu’il y a une certaine suffisance à reprendre le rôle du sublime Giraudeau :-)
    Sérieux, belle idée et bon courage.

  5. Patrice :

    7 septembre 2011 at 19:06

    Y aura une vidéo ?

  6. Gil :

    12 septembre 2011 at 14:30

    Dommage c est un peu loin je vous ferais la technique bisous