Retour au Pays

Voilà, Sophie et Pauline sont arrivées. Le voyage fut long, mais s’est bien passé.
Aujourd’hui c’est la rentrée des classes. Dans un bâtiment tout propre tout neuf.
Ça fera certainement l’objet d’un autre article.

Aujourd’hui j’aimerais vous faire partager la suite du voyage d’Adèle et de Pierre.
Nous étions donc en Thaïlande, le pont de la rivière Kwaï, les tigres, les éléphants tout ça, tout ça…
Et puis vous savez ce que c’est : assez vite (3 jours dans mon cas) on a le mal du pays. L’agitation de la Thaïlande, les gens qui dans les stations touristiques ne sourient plus trop… les gens qui respectent le code de la route…Alors hop on rentre !

Petite gargote khmere prés d’un lac
Le hop en question prend quand même une journée entière entre les taxis, les bus, le passage de la frontière, les petites arnaques, les négociations…

Direction Battambang.
Adèle ne connaissait pas et Pierre non plus à fortiori.

Battambang pour ceux qui ne se souviennent plus, nous y étions déjà allé avec Béatrice et Olivier.
Pour vous rafraîchir la mémoire voilà les liens des articles que nous avions écrit à l’époque

http://famille-ferry.fr/?p=3517

http://famille-ferry.fr/?p=3492

Très contents des services de Sam lors de notre première visite, j’ai de nouveau fait appel à lui pour nous organiser un petit tour des « petit métiers » et de la campagne.
voici en photo quelques morceaux choisis :

D’abord l’extraordinaire Bamboo train. Ce train qui fonctionne avec des morceaux de bambou un peu disjoints et qui roule sur des rails un peu disjoints…
Adèle, qui au fil de ses voyages se mue en aventuière intrépide s’essaye à la conduire « à fond la caisse » de notre wagon.

Pierre qui n’avait jamais conduit de scooter de sa vie qui s’aventure dans les chemins de terre (un peu boueux, un peu poussiéreux et un peu défoncés de la campagne cambodgienne)

Adèle qui se prélasse à l’entrée d’un pagode en haut d’un phnom (ces petites collines qui sortent de nul part et qui surplombent la plaine cambodgienne).

La vue sur la campgne environnante est magnifique. Les bonzes sont tout heureux de pouvoir discuter avec des étrangers. Nous sommes hors des circuits touristiques. Les cambodgiens que nous croisons répondent à nos sourires.

La campagne khmère, à l’heure où l’on rentre des vaches. Il arrive qu’on en croise aussi dans les faubourg des villes, mais pas en troupeau, isolée.

Bref une excellente journée en immersion dans la khéritude authentique, loin des flots de touristes, des restaux hambourger-frites. Une journée découverte.
Excellente.

Posté le 08 août 2011 par dans Non classé