cérémonie d’un guérisseur (un krou) cambodgien

Elle s’appelle Sojenda. Nous nous sommes rencontrées grâce à Sophal qui travaille aussi chez elle et qui est aussi son amie.

Elle se dit être une réincarnation d’une des 5 filles de Brama revenue pour enseigner aux hommes.
Sa mère était guérisseuse mais elle est morte très tôt (vers 40 ans).
Elle aussi possède ce don, me dit-elle, mais elle récupère le mal des gens.
De guérisseuse à guérisseuse, il fallait bien qu’on se rencontre.

Elle initie cette cérémonie pour mieux connaitre celui qui l’aidera et lui permettra de soigner sans prendre le mal d’autrui.

J’arrive à 7H00. Il n’y a encore personne si ce n’est un Anchar et sa femme qui prépare la cérémonie.
L’Anchar est un maître de cérémonie présent pour toutes les bénédictions. C’est lui qui officie, c’est généralement un ancien bonze défroqué.

Chez Sojenda une grande pièce est dédiée aux offrandes, à la prière aux soins et à la méditation.
L’hôtel pour Bouddha en occupe le tiers :

La femme de l’Anchar compte le nombre de cérémonies qui ont eu lieu pour l’élévation de l’âme de Sojenda. Chaque nouvel étage correspond à une cérémonie (une toute les 3 ans) qui doit permettre l’élévation de l’âme de notre hôte.
La hauteur de cette offrande montre combien l’âme de Sojenda est élevée :


8H00 Les musiciens arrivent. les premiers invités également, petit à petit.

Ils s’installent à l’intérieur et sur le balcon …. ça va être bruyant !





Des offrandes ont été préparé pour Sojenda, les musiciens,les divinités, et les anciens.


8H30 le bonze arrive
il va offrir sa bénédiction. Il scande ses litanies reprisent par les fideles et ensuite le l’anchar prend le relais. Puis le bonze va parler à ses ouailles et les faire rire…. je ne sais pas ce qu’il a pu leur dire.
IL me fait de charmants sourires, mais dès que j’essaie de le prendre en photo… il redevient sérieux. Heureusement à force d’obstination et parce qu’il a beaucoup souris , j’arrive tout de même à l’immortaliser !




Le bonze repart avec ses offrandes. L’anchar et sa femmes font de même.

Sojenda prend le relais.

Elle fait diverses offrandes aux divinités : Brama, Shiva et Vichnou. A chaque divinité va être dédiée une musique particulière et une prière;

Elle va faire également des offrandes aux anciens.
Enfin, elle va s’incarner en un vieux sage,

Elle va alors danser, dire quelques prophéties concernant les enfants d’une dame de l’assemblé concernant leur prochain conjoint. (c’est toujours important ici de bien marier ses enfants).
Mais elle va également, mâcher du bethel et des noix de darec. Et ensuite, en crachant-soufflant sur des malades, elle va les soigner.

Ensuite une personne prépare des bouts de laine rouge. Sojenda va en faire des bracelets qu’elle nous mettra au poignet de chacun en disant une prière adaptée. Pour moi, ce fut de me souhaiter de soigner beaucoup de gens avec succès ! (ça me va comme prière :)

les « ieilles » et moi

Je suis toujours étonnée du respect que l’on montre ici aux anciens. Ils sont la mémoire vivante du pays, ils sont respectés et écoutés. Il y a une telle différence avec nos pays soit disant civilisés, qu’on se demande vraiment qu’elles sont les pays en avance sur les autres en matière de respect de l’homme. enfin… c’était un aparté !

Grace à cette cérémonie, Sojenda m’assure qu’elle ne prendra plus dorénavant le mal d’autrui.

C’est tout le mal que je lui souhaite !!!

Un repas cloturera le tout.
je quitterai la cérémonie : celle-ci sera terminée à 12H30.
laSof

Posté le 02 février 2013 par dans Cambodge

2 réponses to “cérémonie d’un guérisseur (un krou) cambodgien”

  1. karine :

    5 février 2013 at 13:33

    salut sophie,
    tes talents de guerisseuse me fascinennt….

    bisous bisous

  2. descamps :

    6 février 2013 at 8:54

    Intéressant. Mais je pensais qu’il n’y avait pas de « krou » femme.