Laos, nous revoilà !

Pour ceux qui aiment voyager, le voyage compte presque autant que la destination… En Asie, ça tombe bien …
Nous avons décidé pour ces vacances de fin d’année de bouger, aller découvrir un coin du monde que nous ne connaissons pas : le sud du Laos.
Des amis qui y vont très souvent mettent dix heures en voiture pour y parvenir. Nous allons prendre le bus. Nous allons mettre 32 heures….

Dimanche: levé à 4H20. Pauline est super joyeuse, elle blague et est de très bonne humeur. Quelle plaisir d’avoir une petite fille si heureuse de partir découvrir d’autres contrés et toujours partante pour de nouvelles aventures !

Le rendez vous a lieu devant un hôtel, le bus devrait passer nous prendre entre 5H et 5H1/2.
À 5H15, coup de fil.:
« Où êtes vous ?
–  » et bien devant l’hôtel Machin « …
– Ah bon ? ok, on vient vous chercher…
1/2h après environ, un tuk-tuk vient nous prendre et nous dépose devant un bus, tous feux éteints. Bon, nous sommes les premiers arrivés… ça veut dire que nous ne sommes pas encore partis… Mais bon, stress Zéro, Nous sommes des expats niveau 2…

Le temps passe, et des tuk-tuk déposent des touristes au goutte à goutte.

Nous attendons Robert, qui doit être devant un autre hôtel à attendre sagement son ramassage.. Le temps passe. Le jour se lève… ça commence à faire long, même pour le Cambodge… on s’apprête à partir… Raf se renseigne, finalement ils ont oublié Robert… Coups de fils, va et vient. Au final Raf monte dans un tuk-tuk pour aller le chercher. (l’action étant plus rapide que toutes ces tergiversations)

Robert arrive, on lui demande son billet, il ne l’a pas… prétend qu’on l’a gardé. Rougit quand il se remémore l’enveloppe dans laquelle nous lui avions donnée. Pense l’avoir oublié chez lui… Aller-retour chez lui en moto dop… Ne trouve pas son billet chez lui. Nous téléphone pour nous demander de fouiller dans sa pochette qu’il n’a pas voulu examiné quelques minutes plus tôt…. Nous le trouvons, il revient penaud : une heure de retard…. Personne ne s’est aperçu de rien. Les touristes sont super cools.

voyager ensemble créer des liens

La route que l’on prend est celle de Phnom Penh. j’ai du mal à la reconnaître, les inondations ont rendus certains passage très délicats. Le bus avance donc lentement, passant des trous à 2 à l’heure.

C’est un bus khmer. Nous nous arrêtons à tous bout de champs rizière. Des gens montent, descendent, chargent des sacs de riz… des scooters. Comme la soute est pleine… on en charge dans la travée…
Le tout sur fond de Karaoké qui passent en boucle… leur stock de DVD semble très limité…

Au fil des arrêts, on lie connaissance avec les autres autres passagers… Certains vont ici, d’autres là…
un scooter dans la soute
Or pour une raison inconnue, le bus ne s’est pas arrêté à un endroit où devait être déposés des touristes. Heureusement, Raf a l’oeil et s’en aperçoit. Il va donc voir le chauffeur… ça l’embête… Coup de téléphone. On déposera ces baraings un peu plus loin et ils prendront un bus en sens inverse.
Plus loin, c’est carrément, une ville où l’on devait passer et où l’on devait déposer d’autres touristes qui est shuntée. Encore une fois, Raf ayant l’oeil intervient et voici le backpacker reprenant un moto dop dans la direction opposée pour rejoindre sa destination.

un autre dans la travée


Plus loin, un touriste (?) chinois monte. S’en suit une discussion assez houleuse entre les khmers et lui même. Nous comprenons qu’on devrait attendre une voiture…?
Le bus stop. Fait demi-tour. ????? Nous nous arrêtons et attendons…
Nous repartons, sans rien de plus. Il est 18H30. La frontière est encore loin… Et elle ferme la nuit. Or à 18 h il fait déjà nuit, donc stop dans la plus grande ville du coin.

l’homme aux quatre téléphones qui essaye d’arranger un problème
Nous sommes fourbus, mais Pauline a été super sage, elle a joué, dormi, lu, sans se plaindre un seul moment. Moi je me dis que la prochaine fois, nous ferons le trajet en deux jours… Vraiment trop long ! Que voulez vous, je commence à prendre de l’âge ;)

Poste frontière Lao

Le lendemain bus à 9 h pour continuer notre route. Et voilà que ça recommence : l’un des cotés des plus pénible du voyage en Asie: le passage de frontière ! Avec ces prétendus guides qui vont tout tenter pour vous extorquer un peu de fric, avec la complicité des douaniers, flics et autres malveillants. C’est pénible, c’est long…. Nous ? Nous serrons les fesses, nous venons de nous apercevoir que le passeport de Pauline est presque arrivé à expiration et que nous pouvons être refoulés. Heureusement ces cons – ces représentants de l’ordre- sont trop occupés à nous convaincre qu’il nous faut payer des taxes fantômes qu’ils ne le remarquent même pas. La corruption aurait-elle du bon finalement ?

Le sourire c’est deux dollars (par personne).


La bonne humeur de Pauline
Nous arrivons à Si Phan Dong vers treize heures…. Le Laos, Si Phan Dong, les 4000 îles, une espèce de delta intérieur, le Mékong atteint 14 km de large ici. Le régime des pluies fait apparaitre et disparaitre un nombre impressionnant d’îles et d’îlots ( 4000 officiellement)… Si Phan Dond, les plus grandes chutes du Mékong, ses dauphins, ses coucher de soleil… mais ceci est une autre histoire….

laSof et Raf

Posté le 21 décembre 2011 par dans Cambodge, Le Laos, Robert

3 réponses to “Laos, nous revoilà !”

  1. Denise BOULY :

    24 décembre 2011 at 8:06

    Bonjour les aventuriers et bon séjour au Laos. Nous vous souhaitons un « Joyeux Noël » et une « Bonne Année 2012″. Beaucoup de joies, de rencontres au cours de cette année. Nous vous embrassons.

    Denise, Thierry et My Huong

  2. Muriel JACTARD :

    24 décembre 2011 at 12:51

    Où sont tes dents PAULINE ? JOYEUX NOEL à toute la famille. Profitez-bien de votre voyage. Bizzz.

  3. descamps :

    26 décembre 2011 at 8:29

    Ca n’aurait pas été plus facile d’y aller à pied ?
    Je ne félicite pas cet étourdi de Robert qui fait honte à notre Gendarmerie Nationale !
    Joyeux Noël à tous.