Réponse « Mais qu’est-ce quoi donc ? » N°10

Ça a bien la même couleur que le café au lait qu’une petite nana sur son bateau nous avez confectionné

Mais c’est de l’eau….
Pas n’importe quelle eau, celle du Tonlé sap ! Là où vivent les gens dans des maisons flottantes ou sur pilotis.
Ça donne envie non ?

Le Cambodge est soumis au régime tropical de la mousson. Deux saisons: une saison sèche, une saison des pluies; une où il ne pleut pas du tout et une où il pleut de trop.

De tout temps le problème majeur des Cambodgiens fut le problème de la gestion de l’eau. Avant l’an mil, les grands rois khmers édifiaient des barays, ces recevoirs gigantesques pour retenir les eaux pluviales : cf http://famille-ferry.fr/?p=3157
Et une des hypothèses sur le déclin de l’empire khmer est la raréfaction de l’eau due à un changement climatique (déjà).

Outre les problèmes concernant l’irrigation des rizières, c’est tout simplement d’abord l’eau potable qui manque.
En 2007, 59 % de la population cambodgienne n’utilisait pas de source d’approvisionnement en eau potable améliorée. La plupart des eaux en surface (mares, lacs, rivières) sont insalubres; de nombreux forages pompent donc l’eau des nappes phréatiques qui sont aussi contaminées à cause de la présence d’arsenic (source : Unicef, 2007).
Cet arsenic semble être naturel. La dose est minime, et si elle ne peut pas tuer un résistant voulant échapper aux tortures de la Gestapo, son absorption journalière n’est pas terrible pour la santé. A Siem Reap, il y a une nappe vers 30-40 mètres qui est contaminée par l’arsenic. Beaucoup de gens y puissent de l’eau quand même soit par méconnaissance soit par manque de moyen.
Le taux de mortalité des enfants de moins d’un an est de 10 %. La plupart de ces décès sont dus à des maladies portée par l’eau ou transmises par les moustiques, situation aggravée par les installations sanitaires insuffisantes du pays.
De nombreuses ONG travaillent sur le problème afin de fournir aux cambodgiens de l’eau potable bon marchée (creusage des puits, maintenance des pompes, mise à disposition de filtres ) et à les informer sur les règles d’hygiène élémentaire (Comme se laver les mains avec du savon et ne pas laver ses légumes et faire sa vaisselle directement avec l’eau de la rivière…)

Et qu’en est-il dans les villes ?
Notre appartement est relié au réseau de distribution urbain depuis le mois dernier. L’eau du robinet est réputée potable, surtout si on la fait bouillir nous assure notre propriétaire.
Nous continuons donc à acheter des bonbonnes d’eau….
Voici quelques liens pour où j’ai puisé mes infos, si certains veulent en savoir plus :

http://www.drinking-water.org/html/fr/Treatment/Sanitation-and-Hygiene-in-Cambodia.html

http://www.mediaf.org/fr/medias/fiche.php?itm=1950&md=4&thm=

http://www.oxfam.org/fr/development/cambodia/filtrer-eau-eliminer-maladies

http://www.oxfam.org/fr/development/cambodia/eau-pour-peuple-terre-troupeaux

et bien en tout cas FELICITATIONS Isabelle d’avoir trouvé la première ! Tu gagnes à être connue.
Ma bisounette aussi, BRAVO ! tu gagnes à être connue.

Raf

Posté le 27 octobre 2010 par dans "Mais qu'est-ce quoi donc ?", Cambodge