Emma Loëlia Sophal et Sophie chez le Kru

Nous partons hors de la ville, dans un petit village éloigné à 45 min de tuktuk à la rencontre d’un kru khmer :

(lire « crou »)

Le kru: c’est « celui qui sait » – le médium, le voyant, le guérisseur-,  celui qui donne des conseils sur les mariages, le futur. Les khmers viennent le consulter à chaque nouveau projet. Il est écouté et respecté. Sophal me donne de nombreux exemples sur ses compétences.

Lorqu’il était moine, il a été choisis par un kru pour devenir kru lui même, il a été formé par celui-ci durant 7 ans.

Les filles ont tenus à le rencontrer après avoir reçu une consultation avec Katia (médium/clairevoyante Russe) et reçu un soin par moi même.

Il faut multiplier les expériences, et celle-là en est une c’est certain. Je ne vous dévoilerai pas ce que le Kru a dit pour chacune d’entres elles, celà reste du domaine privé. Sachez juste que Sophal risque bien de nous quitter pour se marier l’année prochaine !  ;)

Le kru reste chez lui toute la journée, ici, pas besoin de RDV pour venir le voir.

On s’assoit près de lui, on peut lui apporter quelques dollars, des bougies, de l’encens. Un esprit très puissant lui projette les réponses à ses questions dans sa main. Il lit donc dans sa main les réponses aux questions posées.

kru1 kru2 kru3 kru4Nous échangeons sur nos pratiques, le Kru me demande s’il peut venir travailler avec moi en ville, « tant de personnes vont à l’hopital et se font ouvrir le ventre parce que les médecins de la ville ne savent pas ce qu’ils ont … alors que quelques potions et une imposition des mains et le « tour est joué » » me dit- il …

Je confirme ce qu’il dit… notamment sur cette façon de faire de certains médecins : ouvrir pour découvrir ce qui se passe. (j’ai  déjà récupèré des patients suite à ce genre de pratique) et le problème que pose les médicaments qui peuvent être des contrefaçons et donc faire plus de mal que de bien. Le docteur  Beat Richner lui même reçoit régulièrement dans son hôpital Suisse réputé « Kantha Bopha », des enfants qui meurent chaque jour d’empoisonnement.

Je lui promets de repenser à sa proposition dès lors que Katia et moi ouvrirons notre Centre d’Evolution Spirituelle.

Il nous promet beaucoup de succès dans notre entreprise. et une ouverture en juillet/août de cette année… on verra bien.   :)

Ici le kru nous montre ces produits pour faire des potions : écaille de tortue, os, bois divers, plantes et écorses d’arbres…  certains ingrédients nécessitent d’aller les rechercher très loin, ils sont parfois rare et très difficile à récolter.

 

kru5

Le but n’est pas de rejetter la médecine classique, mais de faire avec, de s’entraider et de se compléter.

Le problème ici, au Cambodge, c’est que les médicaments ne sont pas sur, les médecins locaux peuvent être mal formés ou mal informés,  et certains autres médicaments qui sont envoyés ici ont été parfois retiré de la vente il y a des années dans d’autres pays pour raisons de dangerosité**.

La mortalité infantile ici est de 51,36/1000*  et l’espérance de vie est de 63,7 ans*……   tant de personnes meurent sans qu’on ait la moindre explication sur leur décès.

Nous sommes dans un pays où beaucoup de progrès restent à faire. En attendant, nous essayons de travailler au mieux avec les locaux pour les soulager et les guérir.

*source : http://www.statistiques-mondiales.com/cambodge.htm

**http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/beat-richner-medecin-4159

 

Posté le 20 janvier 2015 par dans Cambodge, L'Orient, Nos amis de L'Autre-Bout-Du-Monde

Ecrire un commentaire